vendredi 18 juillet 2014

Juillet au Creu du Van

Avant de partir pour deux semaines en Norvège pour un stage, quelques photos de mon beau Jura….





lundi 7 juillet 2014

Ah si vous connaissiez ma Poule

Tout a commencé en juin 2013, par un pari avec un ami : "Si tu te sélectionnes pour les Jeux Olympiques de Sochi, je t’offre une poule"… Alors voilà, un an plus tard, Louise, la fille de cet ami, m’a fait la surprise de me présenter Sochi (ma poule), une superbe gallinacée de couleur neige.

Bien que désireuse depuis longtemps de posséder un tel animal, je n’étais pas préparée à accueillir Sochi dans mon foyer. Alors, heureusement, Louise m’a bien briefée. Elle m’a expliqué, m’a indiqué quelles étaient les habitudes alimentaires et petites manies de Sochi.

Depuis une semaine, je fais de mon mieux et prends grand soin d’elle. Je lui donne beaucoup d’affection et lui prépare régulièrement des mets délicats. Le stress de son déménagement passé, elle semble même m’avoir adoptée.

Seulement, j’ai peur que Sochi se renferme un peu sur elle même. Pour dire clairement les choses : j’aimerais maintenant qu’elle se sociabilise. Et, sa phase d’acclimatation terminée, j’espère maintenant qu’elle me ponde de jolis œufs.


Etant souvent en stage, je suis donc à la recherche de personnes susceptibles d’accueillir ma poule Sochi quelques jours de temps en temps, pendant mes déplacements.
Alors, si vous êtes intéressés (en échange de quelques œufs), si vous avez un poulailler et un peu de temps cet été pour prendre ma poule en pension, n’hésitez pas à me contacter. Ainsi, vous pourrez mieux connaître Sochi.

Anouk

PS : je viens de finir un stage à Corrençon-en-Vercors puis, fin juillet, je m'envole pour la Norvège pour deux semaines. Enfin, du 22 au 24 août, je participerai aux Championnats de France de ski à roulettes aux Menuires.



mardi 24 juin 2014

Living high, training low


Pour la première fois de ma carrière, je viens de passer cinq nuits dans une chambre hypoxique du Centre National de Ski Nordique et de Moyenne Montagne (CNSN) de Prémanon. L’objectif étant de tester, en vue de l’hiver intense qui s’annonce, notre tolérance à ce type de stage qui consiste à vivre en altitude (simulée) et s’entrainer en bas (ce que nos amis anglais résument en quatre mots : living high, training low). En gros, c’est un peu l’inverse de notre séjour automnal à Ramsau, au cours duquel nous vivons en bas (dans la vallée) et nous entrainons en haut (sur le glacier), là où la teneur de l’air en oxygène est la plus faible.

La semaine dernière, j’ai donc gravi les cinq étages du Cnsn pour gagner plus de 1 000 mètres d’altitude… (je suis passée de 1 400 à 2 700 mètres). J’ai passé environ 15 heures (pour la nuit et la sieste) par jour dans la chambre hypoxique. Les journées étant consacrées au VTT, au ski à roulettes dans les Bellecombe, à la course à pied sur la Dôle ou la musculation.

Le plus dur ne fut pas d‘apprivoiser le ron ron régulier de l’extracteur d’oxygène dans la chambre… mais de se sentir étudiée comme un véritable rat de laboratoire ! Je ne saurais vous énumérer la batterie de tests auxquels j’ai du me soumettre. Je me souviens des tests de forme le matin avant le petit déjeuner, de l’oxydomètre au bout de mon doigt durant la nuit, de la pesée… Grâce au suivi méticuleux de Laurent Schmitt, toutes les réactions de mon organisme ont été analysées.

Et si pour l’instant, je me sens un peu fatiguée, mon niveau de performance devrait bientôt être optimisé. Sinon, actuellement, je dors à 800 mètres d’altitude, chez moi!

La bise,

Anouk
Le sommet de la Dôle, avec Marion et Aurélie, toujours à 1677métres

jeudi 5 juin 2014

Un sourire pour Manu


Pour la deuxième année à Pontarlier, l'association la Sapaudia invite à célébrer la mémoire d'Emmanuelle Claret, décédée l'année dernière des suites d'une leucémie foudroyante.

En dehors de son palmarès de biathlète, Championne du Monde 1996 en individuel et vainqueur de Coupe du Monde la même année, la surnommée Manu touchait par ses qualités humaines. Elle fut notamment mobilisée par la lutte contre la leucémie, bien avant d'en être elle-même victime. Aujourd'hui, des amis de l'athlète, des membres de la famille du nordique, et plus largement du monde du sport, poursuivent son combat.


Lundi prochain, le 9 juin, à l'occasion de la journée "Un sourire pour Manu", je vais donc chausser les crampons pour participer à un match de foot. Et, sous l'impulsion de notre capitaine d'équipe Émilie Vina, j'aurai plaisir à jouer dans une équipe de foot 100% féminine. Je rejoindrai sur le terrain biathlètes et fondeuses, retraitées depuis peu du cirque blanc, comme Florence Baverel, Corinne Niogret, Christelle Gros, Sylvie Becaert, Aurélie Perrillat-Collomb, Emilie Vina, Caroline Weibel ou Sabine Hudry, ainsi que mes collègues Anaïs Bescond, Célia Aymonier et Aurore Jean.

En avant gout de la Coupe du monde de football, vous pourrez admirer notre jeu tactique et nous supporter au stade Paul Robbe de Pontarlier. Nous vous attendons nombreux à partir de 11 heures.

Au programme : Animations sportives, matchs de foot amicaux, vente aux enchères, Tombola, dédicaces (à 10 h 30 au Super U de Doubs) et sensibilisation au don de moelle osseuse avec l'association "La Sapaudia," présidée par Sylvain Guillaume, ancien combiné médaillé a Albertville. 


L’enjeux est de taille, car les chiffres de la leucémie sont terribles : 11 décès par jour dont 6 enfants. Comme le faisait Manu, battons-nous tous les jours contre cette maladie, le don des uns peut transformer la vie des autres... Comme le résume bien Sylvain Guillaume, « Nous espérons qu’un maximum de gens viendront se pré-inscrire sur les listes de donneurs. Manu œuvrait pour ça. Elle voulait qu’on fasse le maximum pour la suite. On continuera à se battre pour elle, avant tout, et pour tous les enfants qui ont besoin d’une greffe ».

Nous vous donnons donc rendez vous lundi à Pontarlier,

Anouk

dimanche 1 juin 2014

TELEGRAMME SAINT RAPHAEL




- BIEN ARRIVÉE SUR COTE AZUR - STOP -
- RETROUVÉ - ANAËL - AURORE - CÉLIA - MARION - CORALINE - STOP -
- FESTIVAL CANNES TERMINÉ - STOP -
- PEDALONS DANS ESTEREL - ASCENSION MONT VINAIGRE - STOP -
- MUSCULATION CREPS BOULOURIS - STOP -
- NAGEONS MER - STOP -
- REPRISE SOUS SOLEIL SUD - STOP -
- RETOUR PONTARLIER SAMEDI -STOP -
- BISOUS - STOP -



mercredi 14 mai 2014

Du changement sous mes pieds

Du changement : l'hiver prochain je chausserai les skis Salomon. Je suis heureuse de rejoindre ce célèbre groupe Français pour la suite de ma carrière. A partir de ce printemps, je suis contente de travailler avec un staff que je connais bien et situé tout près de chez moi. Je suis fière que Salomon m'accorde sa confiance. Une nouvelle page s'ouvre, j'espère que nous écrirons ensemble une belle histoire, pour laisser notre trace aux quatre coins du globe.


Je remercie Madshus pour toutes ces années de collaboration. Ces skis rouges qui m'ont accompagnée depuis près de 12 ans, sur un nombre incalculable de kilomètres. Si je quitte aujourd'hui cette marque norvégienne, ce n'est pas par manque de satisfaction, mais pour me lancer dans un nouveau challenge avec un fabriquant tricolore.

A bientôt, impatiente de retrouver la neige pour monter sur ce nouveau matériel.

Anouk

dimanche 11 mai 2014

Aguerrissement sur l'Ile de Beauté

Après deux semaines de vacances sur l'île de Cesaria Evora, j'ai enchaîné par un premier stage de remise en forme sur une autre île. J'ai en effet retrouvé mes camarade de l'Equipe de France Militaire de Ski (EFMS) pour une semaine de stage de cohésion et d'aguerrissement en Corse. Au programme des réjouissances, orientation de nuit dans le maquis, bivouac, rations de combat, tir aux différentes armes, pagayage et palmage en mer, parcours d'obstacles et défilé du 8 mai.... mais surtout nous avons découvert le deuxième Régiment Etranger de Parachutistes (REP) de Calvi. Nos collègues du 2ème REP nous ont initiés à la discipline et très bien accueillis !

Maquillage Fombec* - photo L. Cavagnoud (EMHM)
Un moment, je me suis vraiment demandé d'où pouvait provenir ce surnom d'"Ile de Beauté" pour la Corse, tant j'avais des ampoules aux pieds, tant les épines du maquis m'irritaient, tant le sommeil et la fin me tiraillaient... mais tout est rentré dans l'ordre depuis. Ces stages, ce sont toujours de bons moments partagés, de belles rencontres et des souvenirs inoubliables.

Les hommes-grenouilles en zodiac dans la baie de Calvi - photo L. Cavagnoud
Le temps soigner tous mes bobos, de laver mes treillis et cirer mes rangers, j'ai repris le chemin de l'entrainement dans un haut Doubs printanier et verdoyant.

A très bientôt,

Anouk

*Fombec : forme, ombre, mouvement, bruit, éclat, couleur